Construire une cabane perchée

82% of 100%

Envie de bâtir une cabane dans le jardin ? Quelle excellente occasion d'apprendre à vos enfants à aimer la nature ! Bien entendu, elle sera perchée dans un arbre, et son plancher sera aussi sa structure porteuse. Dotée d'une plate-forme extérieure, la cabane sera accessible à l'aide d'un escalier, d'une échelle de meunier ou d'une échelle de corde.

Sécurité
Soignez la conception de la cabane, qui doit être robuste. Prenez votre temps. Le détail de la construction sera fonction des caractéristiques de votre jardin, mais ce guide détaillé vous mettra le pied à l'étrier. Divers types de bois d'œuvre se prêtent à l'entreprise.

Matériaux
Planches, solives, tuiles ou feuille ondulée

  1. Choix de l'arbre

    Choisir un arbre sain dont la ramification se prête à la réalisation envisagée : la solidité de la cabane en dépend. Les essences les plus adaptées sont le hêtre, le chêne, l'érable et le sapin (de grande taille). Un arbre au tronc épais et solide, aux branchages robustes et aux racines épaisses et profondes est une bonne base de construction. L'arbre ne doit être atteint d'aucune maladie ni porteur de parasites susceptibles d'affaiblir la structure. Si vous n'êtes pas convaincu que votre arbre fera l'affaire, n'hésitez pas à demander l'avis d'un spécialiste. Bien au fait des moyens de prendre soin de vos arbres et de traiter maladies et parasites, il (ou elle) vous aidera à choisir l'arbre idéal.

  2. Autorisations, permis...

    Avant toute chose, il faut obtenir l'autorisation de construire sa cabane perchée. Votre mairie portera à votre attention tout règlement local ou arrêté municipal, ou toutes autres règles à prendre en compte : hauteur maximale, etc. Il vous faudra éventuellement demander un permis de construire. Des restrictions peuvent s'appliquer si vous avez des essences protégées dans votre jardin.

    Il est bon par ailleurs de prendre l'avis de vos voisins. Cela évitera des plaintes ultérieures et préservera la cordialité de vos rapports. La cabane pourrait leur gâcher le paysage ou vous donner une vue plongeante sur leur quotidien. Il est bon enfin de demander à votre assureur si votre police habitation couvrira la cabane. Si ce n'est pas le cas, tous dommages ou pertes liés à la cabane seront à vos frais.

  3. Choix de l'orientation

    Une fois le bon arbre choisi, il faut décider du type de cabane à réaliser. Pour une cabane standard de 3 mètres par 3, le tronc de l'arbre doit faire au moins 30 cm de diamètre. Pour calculer le diamètre du tronc, il suffit de mesurer sa circonférence à l'aide d'un mètre ruban, puis de diviser le chiffre obtenu par π (3,14). Étudier avec soin l'orientation de la plate-forme de la cabane. Mesurer avec soin les points où des découpes s'imposent au niveau du tronc et des branches. Laisser beaucoup d'espace autour du tronc. L'épaisseur des solives sera fonction de la situation et des dimensions de la plate-forme.

  4. Ancrage de la cabane

    Il y a plusieurs façons d'assurer la stabilité de la cabane. Quelle que soit la méthode retenue, garder à l'esprit le fait que l'arbre va osciller sous l'action du vent. Il faut donc veiller à ce que ces mouvements ne puissent pas endommager la cabane. Voici quelques solutions :

    1) Vissage dans l'arbre
    On visse dans le tronc les solives qui soutiennent la plate-forme. C'est la solution la plus courante, mais aussi la plus susceptible d'endommager l'arbre. Le choix de matériaux adaptés limitera ce risque.

    2) Suspension
    On suspend la cabane à des cordes, câbles ou chaînes accrochés à des branches hautes et épaisses. Cette méthode n'est pas adaptée à tous les types d'arbres, et elle ne convient pas si la cabane est lourde. C'est la solution idéale pour une plate-forme nue, par exemple.

    3) Sur pilotis
    On plante les pilotis dans le sol autour de l'arbre. Rien n'est fixé à ce dernier. Prévoir suffisamment d'espace autour du tronc pour qu'il puisse osciller librement. Cette méthode est la moins susceptible d'endommager l'arbre.

  5. Accéder à la cabane

    Avant toute chose, il faut choisir le moyen d'accès à la cabane. La sécurité des enfants est primordiale. Il faut pouvoir monter dans la cabane en toute sécurité. On peut s'y prendre de plusieurs manières :

    1) Échelle de corde
    Il suffit de fixer à une corde une série de marches correspondant à la hauteur voulue. Se servir d'une échelle de corde demande un peu d'habitude, et son manque de stabilité peut être déconcertant.

    2) Échelle de meunier
    On trouve aisément ce type d'échelle dans le commerce. Avec cet équipement, l'accès à la cabane est simple et rapide.

    3) Escalier
    L'escalier est le moyen le plus sûr de monter dans la cabane. Si vous décidez de réaliser un escalier, n'hésitez pas à le doter d'une rampe pour plus de sécurité.

  6. Obstacles

    Faut-il bâtir autour des branches présentes au niveau du volume à occuper, ou est-il préférable de les couper ? Les obstacles peuvent influer sur l'aspect de la cabane. Il peut être difficile de modifier le plan en fonction des formes irrégulières de l'arbre, mais une fois la cabane terminée, vous ne serez que plus satisfait(e) de votre travail.

  7. Sécurité d’abord

    Ne jamais oublier que dans une cabane perchée, il y a toujours un risque de chute. Voici quelques pistes pour limiter ce risque :

    1) Ne pas l'installer trop haut
    Trop haute, la cabane sera dangereuse pour les enfants. Ne pas poser la plate-forme à plus de 1,5 à 2,5 mètres au-dessus du sol.

    2) Entourer la plate-forme d'une balustrade
    Une balustrade ou un rail entourant la plate-forme empêchera les enfants de tomber. Cet élément doit être haut de 70 à 90 cm, ses montants ne devant pas être distants l'un de l'autre de plus de 10 à 15 cm.

    3) Un sol meuble au pied de l'arbre
    On peut étaler une épaisseur de matières naturelles (copeaux de bois, etc.) sous la cabane. Cela n'évitera pas les chutes, mais les amortira certainement...

  8. Points de fixation

    Un arbre fourchu supportera d'autant mieux la cabane, vous fournissant quatre points de fixation au lieu de deux. Percer 4 trous dans les branches de la fourche à l'aide d'un foret de 10 mm. Attention : les trous doivent être horizontaux et à la même hauteur (A). Si les trous de fixation sont mal alignés, la plate-forme ne sera pas à l'horizontale.

  9. Solives

    Mesurer la distance entre les trous de fixation pratiqués sur les deux côtés de la fourche et la reporter (A) sur les solives. Attention : cette distance doit être la même sur les solives droite et gauche. À partir de ce point de référence, tirer un trait de 5 cm de long vers la droite et la gauche (longueur totale 10 cm) et matérialiser les deux extrémités du trait. Faire de même à l'autre bout de la solive. Percer deux trous de 12 mm aux deux extrémités des deux traits de 10 mm. À la scie sauteuse, découper une encoche de 12 mm de large entre ces deux trous. Ces encoches sont nécessaires pour permettre à l'arbre d'osciller librement, sans endommager le tronc ou la plate-forme.

  10. Solives (suite)

    Fixer les deux solives sur l'arbre à la hauteur voulue à l'aide de 4 tire-fond (vis à bois à tête hexagonale) de 12 x 200 mm. Poser des rondelles entre tire-fond et solive. Fixer la deuxième solive de l'autre côté de la fourche. Attention : les deux solives doivent être parallèles et à la même hauteur. Grâce au pré-perçage des trous de fixation, les tire-fond ne fendront ni les branches, ni les solives. Si la cabane doit être relativement lourde, on peut choisir des solives plus épaisses et résistantes.

  11. Chevrons

    Poser perpendiculairement aux solives 4 chevrons de 50 x 150 mm à égale distance les uns des autres. Fixer ces chevrons sur les solives à l'aide de vis à bois d'au moins 80 mm. Fixer 1 chevron de 50 x 150 m à chaque extrémité des 4 autres à l'aide de vis à bois de 80 mm.

    Attention : les 4 chevrons doivent être à angle droit sur les solives, de manière à faciliter la pose du plancher.

  12. Sabots/étriers métalliques

    Fixer les chevrons transversaux sur les solives à l'aide de 8 étriers métalliques. Soigner l'horizontalité et l'équerrage de la structure. Fixer les deux chevrons d'extrémité sur les quatre chevrons transversaux à l'aide de 2 x 4 sabots métalliques.

  13. Étais

    La structure manque encore de stabilité. Il faut donc l'immobiliser à l'aide de 2 contre-fiches de 30 x 100 mm. Les contre-fiches seront fixées à la structure à l'aide de 2 sabots métalliques, et vissées l'une à l'autre et à l'arbre en leur autre extrémité.

    Scier une extrémité de chaque contre-fiche à environ 45°. Fixer ces deux extrémités à l'intérieur de la structure à l'aide de 2 sabots métalliques. Fixer les 2 autres extrémités l'une à l'autre et à l'arbre à l'aide d'un boulon M8 ou d'une tige filetée de 100 mm. Ne pas oublier les rondelles entre boulon et contre-fiches.

  14. Pose du plancher

    Repérer les emplacements des découpes à pratiquer dans les planches pour accommoder tronc et branches. Espacer les planches d'environ 10 mm. À la scie sauteuse, pratiquer toutes découpes nécessaires dans les planches au niveau du tronc et des branches. Visser chaque extrémité des planches dans les chevrons à l'aide d'au moins 2 vis. Pour cette opération, vous aurez besoin d'un escabeau ou d'une échelle. Réaliser le plancher avec grand soin pour éviter les éclats de bois, etc.

  15. Balustrade

    Poser des montants de 80 cm de haut aux quatre coins de la plate-forme. Compléter les angles de la balustrade à l'aide de 2 montants de 60 x 10 mm. On peut choisir des épaisseurs supérieures, en gardant à l'esprit le fait que la stabilité sera aussi fonction du poids total. Visser les montants dans les chevrons extérieurs. Poser la main courante (tasseaux de 60 x 10 mm) sur les montants. Découper à 45° les extrémités des tasseaux pour réaliser les angles de la main courante (voir détail sur l'illustration). Visser la main courante dans les montants, puis poser le reste des montants à intervalles de 10 cm environ, à l'aide de vis à bois à tête fraisée. La sécurité passe avant tout, tout particulièrement quand on a des enfants !

  16. Escalier

    On peut réaliser un solide escalier à fixer contre la plate-forme. Pour une plate-forme haute de 2,5 mètres, une pente adaptée correspond à une distance de 1,35 à 1,80 m entre la verticale et le bas de l'escalier. Les limons de l'escalier seront en tasseaux de 50 x 10 cm, et les marches en tasseaux de 50 x 12 cm. À vous de déterminer la largeur et la longueur exactes de l'escalier. Poser les marches sur les limons à égale distance l'une de l'autre, en repérant leur position sur les limons. On peut visser des longueurs de tasseau dans les limons, et y poser et visser ensuite les marches. Autre solution : pratiquer des rainures de 25 ou 30 mm de profondeur dans les limons, et y emboîter les marches. Après débit des limons et marches aux longueurs voulues, assembler le tout (colle + vis).

  17. Trois parois pour un abri

    La cabane proprement dit peut être de différents types. On peut par exemple construire un abri constitué de trois parois et d'un toit en feuille ondulée. On peut aussi se contenter d'une solide feuille plastique posée sur des chevrons verticaux, voire d'une petite tente.

  18. Ossature en A

    Nous avons décidé de réaliser une cabane de profil triangulaire, l'angle étant de 60°. On peut réaliser l'ossature dans des tasseaux de mêmes dimensions que ceux ayant servi précédemment. À vous de déterminer la hauteur et la largeur voulues. Si une branche doit traverser le toit, il faut poser un tasseau supplémentaire, ainsi qu'une traverse.

  19. Étanchéifier le toit

    Pour avoir un toit étanche à 100 %, agrafer de la feuille plastique épaisse sur l'ossature avant de poser tuiles ou planches de bardage.

  20. Finition

    Visser une première planche au sommet du « A », puis poser les suivantes, chacune chevauchant celle qui vient en dessous. Débiter aux dimensions voulues les planches devant constituer les parois avant et arrière, et les visser sur l'ossature Pour une bonne finition, percer des avant-trous et utiliser des vis à tête fraisée.

  21. Conseil!

    pour mieux protéger la cabane des éléments, ou simplement pour des raisons d'esthétique, on peut appliquer quelques couches d'huile de tung (huile de bois de Chine) plutôt que de vernis. Ce produit non toxique protège le bois. Couramment utilisée par les professionnels, c'est l'une des meilleures finitions naturelles. On peut aussi peindre la cabane aux couleurs de la maison !

Note

Noter ce guide détaillé.

Construire une cabane perchée

4.1
4.1 of 5

2481 total

  • 5
    1499
  • 4
    391
  • 3
    150
  • 2
    80
  • 1
    361